Besoin d’argile

J’ai vu les mains quand j’ai vu ce que les mains ont fait. J’ai vu les pieds en voyant les traces qu’ils y avaient laissées. J’ai entendu leur silence parce que le silence n’a jamais changé.

J’ai eu le privilège d’entrer dans la Grotte des Trois Frères. J’ai marché parmi des crânes ayant appartenu à des ours plus grands que des éléphants, leurs canines comme des poignards orientaux. J’ai rampé dans la boue jusqu’à la chapelle des deux fauves accouplés.

Les Bisons furent accouchés par des hommes qui priaient en déchirant leurs ventres sur des parois sans fleurs.
Les sculpteurs ont délogé les idoles du lieu où elles se trouvaient, — flammes vivantes dans la pierre !

Les Bisons sont comme ils ont toujours été. Lorsque l’univers n’existait pas, ils étaient là déjà et ils attendaient.
Les Bisons m’attendaient (j’avais besoin d’argile).

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fragments. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s