Guy Novès, dresseur de rhinocéros

Accroupi sur la touche, sous le vent, la pluie, parfois la neige — jamais un sourire / il ne cligne pas des yeux —, mal rasé, comme après deux mois au mitard, Guy Novès porte les mêmes fringues rouges et noires qu’il y a vingt ans. Magistrat (sceptre à trois doigts), sa couronne est un bonnet — pour lui un habit d’apparat.

D’un peuple superstitieux et génial, il n’est bien que sur la touche, dans le vent, la pluie, parfois la neige, accroupi ; il maîtrise ses joueurs comme le pâtre mongol maîtrise ses oiseaux de proie. Les rhinocéros le craignent : l’énorme Servat, le colossal Picamole, le géant Dusautoir dégoulinent de larmes quand Novès, deux fois moins grand, siffle en levant la main.

Le Stade, sous sa houlette, pendant plus de vingt ans, a cherché l’avenir dans des poignées d’herbes séchées.
Oh Guy, tu vas nous manquer.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Plaisanteries. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s