Des espérances

Chez les Anciens (Homère, Hésiode), l’espérance est adressée à quelque chose : elpis, elpôrê, elpesthai, eolpa. Même celle qui se trouve dans la jarre de Pandore a une finalité : l’âge d’or, le retour en arrière.
Chez les Grecs, l’espérance est une projection horizontale. C’est un prétexte tragique.

Chez les Chrétiens, elle est intransitive, pur mouvement vers Tout.
Dieu ne sait et ne fait qu’espérer (cf. C. Péguy, Le Porche du mystère de la deuxième vertu).
L’espérance est une action verticale. C’est une aptitude à la grâce.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Pensées. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s