Déperdition, perdition

De Pivot à Ruquier, personne n’en doute, il y a eu déperdition, perdition ; la culture a été réduite à autre chose qu’à l’essentiel — tronquée, amputée, saignée.  Ce n’est pas la faute de Laurent Ruquier, pas plus que ce n’était grâce à Bernard Pivot si la culture avait du ventre, mais enfin, tout cela est bien triste. Les rythmes fous dans les boîtes de nuit, la téléréalité, etc. Nous revenons aux temps barbares.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fragments. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s