A propos de Nicolas de Staël

Dans la juxtaposition des poires et des biseaux de peinture au beurre, épais et condensés, l’œil reconnaît des maisons, ici un piano, là des footballeurs, une femme, des paysages — combien de paysages ! Il n’y a que deux dimensions, hauteur et largeur, et pourtant de la profondeur partout : tout est devant le regardeur et le regardeur est soudainement au fond de tout. Le paysage abrégé ainsi sans être diminué percute l’esprit à l’endroit où l’impression de ce paysage à cette heure existait. Le travail de Nicolas de Staël agit comme une succession d’échos synesthésiques. Le regardeur devient semblable à une chauve-souris qui pour y voir la nuit expulserait non pas des ondes mais des couleurs. Un vampire sensationniste.

Les dimensions espace et temps plaquent leurs pétales autour de l’objet qui s’épaissit et devient un miroir mat, une fenêtre d’existence. Les éléments sont encore différents les uns des autres, et différenciés, pourtant ils se ressemblent et se mélangent en une traduction arlequine, une seule fantaisie bigarrée. C’est un tableau abstrait on ne peut plus figuratif (c’est l’abstraction qui est figurée), où est représentée la force du sujet sous l’objet. Peints par Nicolas de Staël, la proue, la maison, le citron, la mer ne deviennent pas indéterminés mais au contraire : réduits à l’essentiel, essentialisés. Si ces choses venaient à être anéanties, il y aurait encore à leur place cette tâche énergique, dense, difficile à voir longtemps, qui est l’être lui-même : ce de quoi on procède en étant.

Et puis il y a ce nom : de Staël, une formule magique ouverte par la particule et tout de suite rompue sous le plat d’un couteau, ponctuée par le double feu du trémas et terminée en une finale ardente mais apaisée, un claquement de voile au vent de Méditerranée.

Qu’avait vu Nicolas de Staël lorsqu’il a sauté par la fenêtre (pour un peintre n’est-ce pas la plus belle façon de mourir) ?

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Notes and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s