Le plus fou et le plus scandaleux de tous les poèmes

Ressentir ce qui a permis à l’âme humaine d’inventer les chiffres, de telle façon que chaque chiffre, divisé par lui-même, donne un.
Chacun des huit premiers chiffres, divisé par le dernier, donne :
Zéro (i.e. absence de chiffre, rien, le néant) / virgule / lui-même, lui-même, lui-même, etc., jusqu’à l’infini.
Le plus grand de tous les chiffres, divisé par le dernier, c’est-à-dire par lui-même, donne Un. Non pas un mais Un. Le monde rassemblé. Pas l’infini mais l’éternité, donc l’unité, l’unité dans l’éternité.
Ressentir cette unité, qui est l’idée même d’unité, à la fois ce qui l’énonce et l’énoncé, ce qui montre, ce qui devient et ce qui est la vérité, une vérité autonome, autoproduite, sacrée.
Les neufs chiffres : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 constituent à eux seuls la plus grande des métamorphoses et la plus faramineuse des épopées psychiques, le poème le plus fou et le plus scandaleux que l’humanité ait jamais connu, un poème universel, souverain, définitif.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Variations. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s