Le mystère de la sonde et de l’avalanche

L’évaluation agit comme une vitre teintée.
De l’intérieur on voit l’extérieur, de l’extérieur : une vitre teintée.

Cheviller en réduisant, réduire en chevillant. Pour saisir, claveter. A défaut de la chose, qui fond comme de la neige, je peux saisir “la valeur de la chose“: qualifier et quantifier pour comparer. Les choses sont incomparables, à part une chose : la valeur.
La comparaison est la raison d’être de la valeur, ce qui la différencie entre toutes les choses.

L’évaluation attribue des valeurs aux choses, certes, mais ces valeurs ne se confondent pas pour autant avec les choses, pas plus que celles-ci ne deviennent leurs valeurs.

Contrairement aux autres choses, la chose-valeur ne s’évalue pas (le procédé d’évaluation et la méthode de valorisation sont évaluables, pas la valeur). La valeur n’a pas de valeur : elle est incomparable.

L’évaluation peut servir à identifier le soubassement ontologique de la chose. Pour cela, on évaluera les composantes de la chose jusqu’à localiser ce qui échappe avec certitude à l’évaluation ; alors l’être sera dans le tamis, dépouillé de l’étant, inévalué mais apparu.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Variations. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s