Un livre est un livre

Qu’est-ce qui fait qu’un livre est un livre ? La couverture et son glacis ? Non, ou bien les cahiers seraient des livres. Le glucose, un parfum de yaourt ouvert depuis la veille et d’ouate lyophilisée, sa colle, ses agrafes, le froufrou d’éventail, la manœuvrabilité ? Toujours non, sinon les rouleaux de papier-peint déposé seraient des livres. La désignation de son auteur, sa vie privée, ses titres ? Jusqu’à preuve du contraire, la littérature n’est pas une affaire de curriculum (l’existentialisme est un art forain). Les lettres ventrues ou arides, le slogan de sa quatrième, les mots de ses muqueuses intérieures, sa folle âme, son fou refrain ? Rien de cela, ou bien n’importe quel texte écrit par n’importe quelle putain et financé par n’importe quel maquereau serait un livre. Les rapports des cabinets ministériels…
 
Un livre est un livre s’il est inquiétant et nécessaire. Or qu’est-ce qui dans ce monde est inquiétant et nécessaire ? Rien, peu de choses, à part les livres.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Variations. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s