Je croyais la protéger

Toulouse, en juin, est à Athènes. La pluie lavée à l’odeur de pin, graisse la patte des façades. L’horreur s’éteint, les coups, la rue. L’encre a bavé dans les créneaux.

Quelle erreur ce fut de verser ma mémoire dans l’estomac d’un spirographe. Je croyais la protéger, la réunir et l’essentialiser, or voilà que sur ma langue a fondu la dragée et rien, je ne doute de rien.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie, Toulouse. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s