Il faudra composer

Il faudra composer avec les crétins, leurs trémulations autour de la bouche, chez qui le portrait d’un meurtrier avec de l’or fondu sur les yeux est accroché au coffre-fort,
Plein comme un fruit des chenilles de la haine ;

Esquiver l’amitié d’hôpital,
Autant que leurs baisers quand l’envie de reproduction est plus forte chez eux que le besoin de saccager ce qui est beau,
Et ce besoin viendra lorsque aura essaimé leur exsudat sur la tête mise à prix des enfants qu’ils n’ont pas.

Il faudra fuir à l’intérieur des charmilles adorées,
Chez Bach qui leur a échappé ;
Et dans les taillis de Van Gogh verts, bleus et dorés ;
Respirer l’air de ce pays d’où la mort n’était pas l’attraction.

Je ne suis pas fait pour la sainteté mais ne suis pas fou au point de vouloir autre chose,
Et je sais reconnaître si je les vois le visage d’un dieu et l’ombre de sa croix.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s