L’ange boulanger

Ça sentait le pain dans la maison, pourtant toutes les fenêtres étaient fermées, un parfum antique, les céréales broyées longtemps puis mêlées à l’eau, le sel, le levain, avant d’être dorées au four et d’y craquer comme des fleurs. La femme transpirait, les contractions accéléraient. L’homme n’avait plus aucun doute. L’ange, l’ange boulanger avait défait le ciel. A chaque fois que ses enfants étaient nés cette même odeur de pain était venue du sol dans l’appartement et sur l’île des Sœurs. La terre était un ventre, le vent en écartait les jointures, il y avait de la neige, un manteau épais, et dessous du foin mouillé d’eau tiède et, sûrement, des braises ; la terre respirait. Un enfant allait naître et Dieu, le bâtisseur, bâtissait.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s