L’orgueil de Martin Heidegger

Il faut que Heidegger ait été bien orgueilleux pour ne pas avoir cru en un Dieu autour duquel il a passé une vie à tourner (le dieu inconnu des Grecs et de Saint Paul, le dieu tout proche et difficile à saisir de Hölderlin). Comment ne peut-il pas avoir plié le genoux et appuyé sa face contre la terre, la terre parfaite, en lisant l’Exode, dont le chapitre 3, verset 14, semble avoir été écrit expressément pour l’aider à conclure ? Il faut croire que c’est le côté luthérien qui ressort, comme chez Kant, et surtout comme chez Nietzsche, le pharisaïsme moderne. Malgré tous ses efforts, Heidegger n’aura pas réussi à être mieux que n’importe quel Allemand.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Notes. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s