Nantes, 4 juillet 2018

Nantes a une santé insultante. Tout est santé ici, la pierre, les femmes, l’eau, les prêtres, les rails abandonnés. Vitalisme. Intermittents… La tour Lu bavouille comme en fin de nuit un maharaja de cabaret. Façades blanches, couleur d’os. Après les bombes, on a refait “à l’identique”, mais la chaîne des signifiants a glissé jusqu’au désespoir : rien n’est présent, à Nantes, tout représente. Les bombes ont détruit la ville en réalité. Le château des Ducs de Bretagne, ce gros roulement à billes, est à l’arrêt, quand tout le reste bouge mollement. Tout est fraîcheur — et confortable, et composite ! Tout est parfait pour les familles, les cadres pressurisés et les étudiants de gauche. Les lieux “culturels” et “festifs”, co-working, etc., ont des noms d’ode à l’esclavage : “au hangar à bananes, sur le quai des Antilles”.  Nantes, la bourgeoise, la macronie. Ville start-up. Ah tiens, c’est lumineux ! lumineux ! Mais les pauvres, où sont-ils ? Où est l’intelligence ? Qu’est-ce qui existe à Nantes ? Qu’est-ce qui tiendra ? La librairie Coiffard.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Notes. Bookmark the permalink.

One Response to Nantes, 4 juillet 2018

  1. La librairie Coiffard… lieu de mes souvenirs…

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s