Le destin est probable

Naïveté de ceux-là qui devant un événement infiniment peu probable s’écrient : “C’est le destin, c’était le destin…” Ils rencontrent quelqu’un dans le métro d’une ville étrangère, ou bien en entrant dans le restaurant minuscule d’un quartier où d’ordinaire ils ne vont jamais ; tombent amoureux d’une fille sans savoir qu’elle passait ses vacances dans la maison en face de la leur — et s’écrient : “C’est sûr, c’est le destin !”
Le destin au contraire est tissé d’événements très probables : avoir le même métier que son père, dans le même genre d’entreprise, avoir un enfant par erreur à dix-sept ans exactement comme cela est arrivé dix-sept ans plus tôt à sa mère, mourir en voiture, porter des lunettes, grossir, tromper sa femme, être trompé, emprunter de l’argent, perdre de vue ses amis. C’est cela le destin. C’est cela qui est “écrit là-haut“.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Pensées. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s