Le marchand d’or

C’était dans une ville électrique avec des zones vagues, à l’intérieur de la nuit sous la torpeur peut-être d’un store :
La boutique d’un fameux marchand d’or.
J’entre, j’essaye, je n’ai plus rien depuis longtemps.
Un comptoir a retranché l’éclairage sur lequel dort un insecte à forme humaine.
J’ignorais que les insectes pouvaient dormir ou que les hommes dans le sommeil pouvaient leur ressembler.
Le marchand a un corps glacial avec des antennes visqueuses et des espèces de poils,
Des dents molles, et il dort, il dort !
C’était dans ce faux cauchemar, hier, donc, chez ce fameux marchand d’or,
Sans ouvrir les yeux ni bouger les lèvres il a fini par me parler : “Je te signalerai.”
Et moi je n’avais rien, mon âme, j’étais sans souvenir.
“Je te signalerai.”
C’était dans une ville électrique hier où déjà plus rien n’existait.
“Tu m’appartiens, j’ai acheté ta vie.”

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s