La fin de l’avenir

Les fraises ont disparu sous l’encens et la peur,
Il y avait autrefois des parfums à cet endroit,
La légèreté, le printemps,
Où désormais il y a la suie et quand on la gratte un miroir sans tain,
Involontaire.
Il y avait la Croix, il y a eu l’Enfer,
Où désormais il y a les mors de l’administration qui sont la vraie sauvagerie,
La pure absence,
Qui sont le diable dans son enveloppe glaciale et méthodique.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s