Novembre

L’automne est tout en allusions ineptes,
Et dans la cage de l’immeuble à côté : des feuilles sous les câbles, un risque d’incendie ;
Lumineux, sale, dressé,
Retentissant dans sa fumée au cataclysme du matin,
Une poudre à l’intérieur des enveloppes, la bête envie d’une apothéose ;
Moins une saison qu’une fonction attachée au revers des choses,
Comme ces boules de suie dégueulasses qui s’accrochent paraît-il à l’arrière du four loin des yeux de la mère quand le cercueil a brûlé.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s