L’étudiant et le laboureur

L’étudiant trouve un laboureur un matin, fin novembre, dans un champ de boue, au volant de sa moissonneuse. Tout de suite il imagine un événement métaphysique : le laboureur sillonne le néant, et donne au rien l’occasion d’être moins que rien, à défaut de devenir quelque chose.
Fou de joie, il apostrophe le sorcier.
— Que fais-tu, laboureur ?
— Je fais tourner le moteur, ou bien il s’encrasse.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fictions, Fragments. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s