D’un temps qui n’était pas ancien

D’un temps qui n’était pas ancien j’ai reçu cette aiguille et sa perle de miel
Qui dans ma conscience n’était
Qu’une aiguille
Une aiguille et sa perle de rien mais j’ai ouvert les yeux
Poussé par d’autres forces celles-là très anciennes
Et j’ai ouvert les bras
À la croix de mon ventre au frontispice de mes épaules
À l’être dans la chair au Bien dans les fontaines
Les sirènes brumeuses de l’Enfer
Frêle ombre par-dessous la virgule des ricochets
Et j’ai tourné le dos au Mal
Que dis-je tourné le dos
Je le lui ai arraché
Je l’ai repris
Et mes muscles ma langue
Et cet être pourtant était là qui n’était pas de moi
Mon Dieu je vous en prie abandonnez-moi

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fragments. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s