Invitation

La ville quand elle remplit le formulaire du soir et quand les barbelés de l’horizon arrachent au jour sa peau morte ;
La ville affamée quand elle commence à avoir froid ;
Et lorsque dans ses rues les moins bien dessinées, enlaidies par une certaine idée de la justice sociale ;
La ville, ma ville adorée, commet l’irréparable.
Ses drapeaux se replient au frontispice de la mairie,
Ses lampadaires allument leurs torches du Nouvel An
Et l’essaim se remplit de bruits de couteaux et d’assiettes, au point du jour scarifié ;
Alors les enfants exigent que la chambre reste ouverte (ils savent !)
Et le diable dans son long manteau noir est de sortie — élégance légendaire, quelque peu ridicule, Adam gourmand et fier —, le diable, le bon vieux diable…

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Bénédictions, Poésie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s