Douze sales gueules

J’ai publié douze portraits l’an dernier, alors que les usines étaient à l’arrêt, les écoles fermées…

En guise d’avant-propos, j’avais écrit :

” En temps normal, dans la vie, celle que le coronavirus menace, on finit toujours par rencontrer des salopards. Cette vie me manque. Les âmes cassées me manquent. Pour exister dans ma tanière, il me faudrait un petit bâtard boutiquier, une donneuse, un moralisateur, un paresseux violent, un chanteur de variété, un prof de techno, un cycliste obséquieux, une dinde raciste, un flic, un zadiste hystérique. En fait, j’aimerais être confiné avec le monde entier. C’est pourquoi je tenais à offrir ces douze portraits à ceux qui comme moi auraient besoin ces temps-ci de croiser un sale type et de le prendre dans leurs bras.”

Pour rencontrer la folle aux chats, le poète, Baba, le dernier hussard, l’Irlandais, la fiancée, le fabricants de bougies et les autres, cliquez ici : Douze sales gueules (PDF, 29 p.)

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Nouvelles. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s