La paresse

C’est sur l’étang à l’aube un oreiller de laine
À l’heure où le poignard encercle le cochon,
Et sur cet oreiller une nymphe laiteuse abrutie par l’amour
Dont le rêve est sur l’eau l’absence d’un signal.
L’horizon avec son peigne d’or, depuis son ventre, arrache des silhouettes bizarres ;
Ô fleurs impudiques ! Suceuses de rosée !
Le silence est peinard. Il a son heure, son nuage…
La nymphe referme son blouson et nage dans l’eau grise : “Tant pis pour la forêt !”
Le Temps décidément ne sait être parfait.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fragments. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s