Ombres chinoises

Regarder moins souvent l’encolure sur la chaux qu’y voir l’ombre portée,
Et de cette ombre patristique faire un sévice espagnol, le collier brillant du patou des Corbières — celui qui dévorait les cochons d’inde.
Regarder sur le mur l’idiome de l’immortalité, une archère, héritage du Greco…
Les cornes d’un nonce rageux ou la barque d’un apôtre — de notre amour, enfin, dis-moi qu’il restera !
J’ai vu à mes pieds les antennes d’un homme et l’ombre de sa Croix – une cible ?
Un chêne mort prenait appui sur toi.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fragments. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s