La poésie me blesse

Parfois la poésie me blesse à un endroit de l’âme qui n’est pas tout à fait à moi. Ulysse, par exemple, Benjamin Fondane : l’aiguillon, sous ma chair, d’autre chose que l’âme, ou bien d’une âme plus consistante que la mienne, réfugiée dans la fonction artérielle en attendant la révélation des âges. J’ai peur, bêtement. J’attends de prendre l’apparence de ma peur. Mais quelqu’un d’autre, à l’intérieur, un jeune athée, s’en va à la rencontre du dragon logique. Mon sang, peut-être, n’est pas à moi. Les battements de mon cœur ne sont pas de mon fait. L’existence m’a été prêtée. Jamais la philosophie ne m’a enseigné ce que chaque poème, même les mauvais — il n’y a pas de mauvais poèmes — chaque vers, et chaque mot, parfois une voyelle, me prouve ; et davantage encore le besoin de poésie, cet appel du fer dans le langage, cette hermine secouée dans les Ténèbres, hein… « L’existence t’a été prêtée. »

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Notes. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s