Jour férié

Dans l’immeuble vis-à-vis, comme en un mur des Lamentations, les fleurs bleues à pendentifs et un figuier hellénisant ont poussé.
La voisine lèche des tickets de caisse pour les coller à un cahier, grands carreaux, spirales ; elle a comme ça un penchant pour l’intendance. Je l’aperçois à travers les volets.
Téléphone : flics, ou bien des amis en forme de flics ; il n’y a plus que des flics qui ont mon numéro de téléphone.
La férification n’annule ni ne ralentit rien. Ce lundi, comme tous les jours (n’est-ce pas Vivonne), il faudrait lire Jean Follain.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s