Engrammes

En neurophysiologie, on appelle les traces laissées dans le cerveau par les intuitions : “engrammes”. Ces traces existent. Je veux dire qu’elles existent réellement. On ne peut pas les déchiffrer, mais il est possible de les observer grâce à des appareils.
L’écriture est un de ces appareils. Ecrire permet de localiser l’expérience métaphysique sans la brusquer, et de lui présenter, comme à une source de lumière, un négatif.
L’écriture est un IRM — topographie des intuitions. J’ai pensé, j’ai formulé et j’ai enregistré. Une fois l’intuition objectivée, il a suffi de développer le négatif. C’est affaire de technique : un coup de main à prendre. La qualité d’un poème dépend moins du procédé de révélation qu’elle ne dépend de ce qui a précédé la chambre noire : volonté, vitesse, intensité, obturation, sensibilité.
Seule l’intuition compte, le reste est un résultat.
L’existence est une représentation de ce qui existait déjà.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Variations. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s