Évidemment

Le Vrai, le Beau et le Bien sont, ils sont, évidemment, ils existent, ils sont vrais, beaux et biens, ils sont le Vrai, le Beau et le Bien, c’est une mauvaise nouvelle pour beaucoup d’entre nous, sans doute pour tous les êtres humains, une mauvaise nouvelle dont les implications sont terribles et nombreuses, terriblement nombreuses, mais c’est comme ça, une évidence, c’est l’évidence elle-même, simple et évidente comme le Vrai, le Beau et le Bien sont simples et évidents ; c’est vrai, beau et bien comme le Vrai, le Beau et le Bien sont vrais, beaux et biens ; ils sont ; ils existent ; nous devons les servir, être leurs serviteurs, nous faire leurs serviteurs, devenirs leurs serviteurs enfin, travailler pour qu’ils apparaissent, pour qu’ils règnent, comparaître devant eux, être à la hauteur, fidèles, pieux ; car sinon, si nous ne sommes pas leurs serviteurs, et même si nous ne nous en apercevons pas, même si beaucoup parmi nous ne sont pas assez cultivés pour s’en apercevoir, pas assez sensibles, trop égoïstes, trop cons, intellectualisants, trop connards pour s’en apercevoir, nous serons leurs esclaves. Si nous ne sommes pas leurs serviteurs, nous serons leurs esclaves. Et le Bien, le Beau, le Vrai méprisent leurs esclaves, ils les laissent pourrir loin d’eux, enlacés à leurs chaînes adorées, pelotonnés en chiens fiévreux dans la caverne, les yeux blancs, paupières grasses, sexes lourds comme trente litres de pus, dégoûtants, haineux, acharnés à la haine, épris de bonne conscience, intéressés par des choses intéressantes, car tout est relatif, tout se vaut selon eux, et il y a des choses plus ou moins intéressantes dans la matière de la beauté, de la vérité, de la justice, et c’est toujours une question de point de vue selon eux, et rien n’est grave, et tout est drôle, et tant pis s’ils sont perdus pour toujours, dans l’enfer, tant pis s’ils sont esclaves, car les esclaves au moins ne sont pas dérangés par la question du choix et de la recherche du Vrai, du Beau et du Bien, résignés, comptables, envieux, déjà morts et déjà oubliés, détruits, ravagés par le Faux, le Laid et le Mal.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Pensées. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s