L’été

Ployé devant l’évier comme un vieillard, je dévore une pêche totalement juteuse dans le secret d’une cuisine dont les volets sont en espagnolette et où une odeur de café plane depuis le début des vacances. Dehors, la chaleur brûle les ifs et le tulipier. Il est peut-être quinze heures. Le fruit tiède et sucré explose dans ma bouche comme un petit soleil. La maison est silencieuse. Les enfants dorment dans leurs lits en maillots de bain. Ils n’ont pas jeté l’aluminium de la tablette de chocolat ni débarrassé leurs verres de jus d’orange ni remis la confiture dans le placard, les quignons dans la corbeille à pain. Mon grand-père regarde les images du Tour de France à la télévision.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fragments. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s