Querelle des bouffons

Si j’avais eu vingt ans en 1752, j’aurais défendu Rousseau contre Rameau, la mélodie contre l’harmonie, le romantisme contre le jardin à la Française, la Nature sauvage comme fin en soi (l’état de nature), la fureur des passions contre Descartes.
A vingt-cinq ans, j’aurais défendu Rameau, l’harmonie, la mathématisation, l’unité française contre la pagaille italienne, et la Nature comme instrument pour une pensée qui s’élève en y trouvant moins de beauté que des concepts.
A trente ans, j’aurais invité Rousseau et Rameau à dîner.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Pensées. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s