Poétique stérilité

Tyrtée, “l’instituteur fou et boiteux”, et Alcman, furent les deux seuls poètes de Sparte ; pourtant ils n’y étaient pas nés. Le pays était occupé à la guerre au point d’être frappé d’une “poétique stérilité” (Yourcenar, La Couronne et la Lyre), comme si les muscles du glaive n’avaient pas laissé de place à ceux du langage. Dans les rues de Sparte, qui était toute force, tissée par la force, construite pour la force, à la gloire de la force, seuls les immigrés avaient la force de chanter.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Notes. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s