Feux

Les taches de lumière dans le sous-bois me sont restées sur la peau. Léopard ténébreux… J’aurai de quoi m’éclairer en enfer, écrire de vrais romans, et des lettres, un programme, qui sait, éditer un dépliant. Le problème des morts n’est certainement pas le manque d’imagination.

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie. Bookmark the permalink.

One Response to Feux

  1. Frog says:

    Des dépliants ! Comme vous y allez ! Le problème des vivants est de prendre l’enfer bien trop à la légère. 😉

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s