La pente douce

La rue du Pont de Tounis s’élève de ce côté où j’ai grandi vers la Dalbade et plus loin le marché des Carmes, la rue Ozenne, la rue Vélane et la place Saint-Georges. Vingt-cinq degrés d’amour. La cheville brisée, je l’ai remontée en rampant (c’était les temps héroïques).

Versant parfait du ventre…

Le regard de ma mère arrangeait mon col tandis que je partais en ville et que je ne voulais pas me retourner (la première fois c’était pour un cours de dessin rue Vélane), pris d’un désir d’indépendance qui n’était pas un besoin. Je regretterai un jour de ne pas m’être retourné plus souvent. D’ailleurs je le regrette maintenant.

Il arrangeait amoureusement le col de mon honneur d’enfant.

La pente ombilicale servait de lien entre elle et moi. C’était ma mère, je suis le fils d’une tendance.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Toulouse and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s