Une seule solution

Je sais les hivers sans forêt et leurs soirs privés de sagesse. Je les ai écoutés, les autres, parler des relations, de rationalité et Kant leur déiste malade (es ist gut). Mon dieu, je suis fonctionnaire à l’université…
Je sais les printemps du pouvoir quand des chapelets de groseilles vénéneuses poussent à l’intérieur du désir.
Et je sais l’absence, et le froid dans l’absence, et le regard injuste et concentré du ciel.
Une seule solution : la prière, prier. Accueillir pour soi les commotions pitoyables de la foi (Et renoncer au libre-arbitre ? Choisir… de renoncer au libre-arbitre).

Advertisements

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Pensées, Poésie. Bookmark the permalink.

2 Responses to Une seule solution

  1. Si prière et sacrifice étaient une solution,
    n’y a-t’il pas 3000 ans – au bas maux et hors solstice – que nous serions
    éternellement sauvé ?
    Sauf de la bêtise humaine et de ses groseilles vénéneuses, bien sûr,
    qui incarnent l’éternité telle qu’on peut la craindre.
    ce qui est écrit cid’sus ne le dit pas: j’aime beaucoup votre texte, millexcuses de ma réaction.

    Liked by 2 people

    • Guillaume Sire says:

      C’est d’une solution pour soi-même dont il est question ici, et non d’une solution collective et encore moins une solution pour le monde. Il ne s’agit même pas d’être sauver. Il s’agit de respirer. C’est bizarre de respirer.

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s