Horeb

Le buisson brûlait
Ses petites feuilles en fer à cheval ses épines blanches et dorées
Son tronc comme de la peau sa tiare ses hanches
Intact
Pourtant il brûlait
Moïse Moïse
Retire les sandales à tes pieds
Je suis le Dieu de ton père
La flamme sur l’autel
L’eau sure dans la pierre
Moïse
Je suis celui qui est
Va
Tu vaincras Pharaon
Retourne aux temples impies sous la faux d’Anubis
Devant les femmes aux boucles noires au goût d’ambre et de miel
Vois comme leur chair s’emmêle au lapis-lazuli
Va
Préviens mon peuple et conduis-le ici

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Poésie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s