Téléphone fixe

Joie du point d’entrée, d’une seule frontière située dans une cahute à lambris sous le grand escalier, et de l’alarme à roulement — puis un oncle génial : “Téléphone ! Quelqu’un répond bordel de dieu ! ” Joie des câbles au bord des champs, imagination réticulaire de mon enfance. Étonnements, mystères préhensibles, vibrations matérielles…

Aujourd’hui, plus de mystère du téléphone. Les ondes ont intégré chaque instant. Il n’y a plus ni point d’entrée ni frontière aux maisons. Toutes les portes sont fermées à clef pourtant tout est ouvert, tout passe, tout circule. Au bord des champs, les plaques des antennes-relais lugubres vibrionnent. Atmosphère cocotte-minute, battoir chauffée à blanc. Tristesse ! Monde clos ! Rien plein comme un oeuf !

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Pensées. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s