La pierre

C’est l’histoire d’une pierre ramassée impatiemment. Je la mets dans ma poche, c’est ma pierre, je la tiens, je vais écourter des leçons à l’université, en chair je casse une chaise, puis je suis en terrasse, une étudiante me regarde, et j’ai ma pierre, je tiens ma pierre dans ma poche. Je discute avec la serveuse. Elle a des parents fonctionnaires et un ex au Japon. Au loin, j’aperçois le nouveau cimetière ; un enfant là-bas a déposé un noyau d’abricot sur la tombe de sa grand-mère, un enfant déiste et apeuré, mais moi j’ai ma pierre, ma petite pierre, mon caillou. La boulangère n’a pas la monnaie, j’entends sa caisse-enregistreuse : le cliquetis des millions… et je descends la rue, avec ma pierre. Ensuite je l’ai perdue, ma pierre, je ne sais pas comment, que voulez-vous, pierre qui roule… etc., et depuis je déteste la mer, la solitude de la mer. Je la déteste parce que je la comprends.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fictions. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s