Lucie là-haut

Bernard ce matin en décrochant son vélo a vu sur l’antivol des symboles irrités. Il s’est passé quelque chose pendant la nuit, ou bien les volets de Lucie, au-dessus de l’épicerie, ne seraient pas ouverts. Les zones du ciel ont perdu de la hauteur. Bernard prend le vélo, il roule, devant l’épicerie il tourne la tête. Un camion passe, le feu est trop bas, le chauffeur n’a pas vu, puis c’est les gyrophares aux ailes d’ange, la civière royale, les pompiers aux casques d’or — et Lucie là-haut que tout le monde ignore, sauf Bernard tout à l’heure qui a senti quelque chose, “Lucie la joie de vivre”, suspendue à sa poutre comme un fruit.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fictions. Bookmark the permalink.

1 Response to Lucie là-haut

  1. Baudouin says:

    Mais pourquoi “Lucie” ?

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s