Diamant

Entrer par cette facette dans la danse inattendue des remords, en sortir moins diffracté que rassemblé,
Et se perdre.
Briller. D’où la lumière est advenue : consentir…  
Le ciel tout entier s’agite en ce point de feu sous la paupière,
Et avec lui la brisure sans fondation de l’océan, l’hystérie d’une fée, les suppositions d’un juge, la glace épaisse et nécessaire à chaque percée dans le langage…
Chaque tentative rageuse !
Qu’est-ce que le mineur a déniché quand, à moitié mort dans son coup de grisou, il a planté sa main sous l’œil du diable jusqu’à…
Qu’a-t-il découvert qu’aussitôt il faudrait perdre ? Quel or est-ce là que tant d’argent voudrait remplacer ?
Ce mystère, je l’avais fait tailler pour toi dans un gouffre de tout ce qui par ma conscience n’était pas encore là…
Tu as ouvert la terre pour me tirer d’entre les morts, tu as dénoué l’eau dans la pierre, tu pleurais, je t’appelais dans le miracle du destin, tu me sauvais.
Je me souviens très bien de ce jour-là, un douze mai : les gouttières de fer blanc, le claquement des couteaux, la fêlure d’une capitelle en laiton, les grains de colle sous tes ongles cassés…
Je l’avais fait tailler pour toi, je me souviens, je me souviens très bien du jour où tu l’as passé à ton doigt.   

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fragments. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s