Ils s’humanisent doucement

« Ne vous tourmentez pas à mon sujet. Des bas-fonds on rebondit si la houle le permet. J’y reste parce que je vais sans espoir jusqu’au bout de mes déchirements, jusqu’à leur tendresse. Vous m’avez beaucoup aidé. J’irai jusqu’à la surdité, jusqu’au silence, et cela mettra du temps. Je pleure tout seul face aux tableaux. Ils s’humanisent doucement, très doucement à l’envers. »

Nicolas de Staël, 1954, (lettre à Pierre Lecuire)

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Les autres. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s