Réitération

  1. [Complainte à l’Amour du bout des lèvres, aujourd’hui je n’avais pas si froid… Au sujet de Cush, ou d’un centenier quelconque. Un de ces hommes que d’habitude je n’aimerais pas.]

2. Je cherche ce qu’il y a de semblable à toi dans mon âme. Je m’absente, je me réitère. Je plaquerai ma face à la face des autres comme j’ai plaqué ce matin la paume de ma main, celle qui ne sait pas écrire, sur l’ogive de pierre. Très loin et très proche, dans cette très lointaine proximité, je l’ai senti : tu étais là. Ouvre-moi un passage. Configure en moi un refuge. Enlève-moi du Temps. Assèche sperme et sang,

3. Afin que les pédagogues et les intendants ne risquent pas de mettre la main sur le dernier degré de mon âme, celui qui entre en contact avec toi comme une droite avec le cercle dont elle est tangentielle. Afin qu’ils ne farfouillent pas dans mes entrailles, ni n’enfoncent dans mes pauvres ailes grises, égratignées, mes pauvres ailes puantes — qu’ils n’y enfoncent pas leurs crocs rouges et leurs insecticides. Je suis si seul dans ma foi ! à l’aide ! aimez Dieu en moi !

4. Dieu humble, petite chose, petit berger silencieux, petite pierre sans grain, petite plume qu’un enfant doucement a cueillie dans un creux du chemin, dieu juste et fou, vois ce qu’il y a en moi d’injustice, prête l’oreille à mes raisonnements… J’explique. Je m’excuse moi-même. Je te tourne le dos en croyant découvrir l’endroit. Je construis au lieu de fondre. Je compartimente. Je régule. Tant d’iniquité sur terre par ma faute ! Tant de laideur économique !

5. Je suis allé trouver le juste dans son sommeil. Je suis allé trouver les âmes de fer dans le serti-mystérieux de leur règle morale. J’ai vidé de sa lumière la lampe de l’échanson. Il l’agitait vers moi. Je grondais les psychiatres. Je les secouais. Toujours en colère, toujours à l’excès, par-dessus bord, vivant, dégoutant… Tout corps, tout âme ! En étant moi j’étais à toi ! Pourtant je t’ai trompé.

6. Et si c’est vrai laisse l’ennemi m’atteindre. Dis au banquier d’avoir raison. Envoie les pédagogues me sermonner. Donne-moi les supplices de ce temps : l’internet, l’avion, le taux d’intérêt, le divertissement, le yoga, l’énergie nucléaire, le confort, la grammaire, le mérite, la santé. Qu’ils me torturent ! Qu’ils m’isolent ! Qu’ils me dépouillent en ton honneur ! Qu’ils piétinent en moi ce qui fut sacré !
[diapsalma]

7. Dresse-toi dans ton nom. Dresse-toi dans mon manque de foi. Taille moi une place dans ta colère. Aligne ton rempart entre le feu et moi. Issue de toute chose, viens à mon secours, prends ma langue à ton hameçon. Ouvre les yeux. Invente un jugement.

8. Que les nations se mélangent à ta barbe, avec leurs drapeaux, avec leurs hymnes : paillettes de Babylone. Et qu’elles comprennent enfin que tu es davantage que l’union de tout et de tous. Tu es avant les siècles. Tu seras depuis eux. Tu préviens l’ordre des choses Père, Fils et Saint Esprit. Grâce à toi la vie est. Pourquoi ne voient-ils pas?

9. Que la beauté me voie, puisqu’elle est la beauté. Que la vérité me jauge, puisqu’elle est vérité. Mais que la bonté seule me juge, car elle seule est bonté, elle seule est la justice, justice belle et vraie, justice crucifiée. Apprends-moi à me taire. Je veux être attentif. Je veux être présent plutôt que différé. Enseigne-moi l’innocence. Donne-moi la clarté.

10. Laisse-les remplir leurs écuelles avec leur soupe de néant. Laisse-les boire du poison bouddhiste et mâcher de l’amanite stoïcienne. Donne-leur des voitures allemandes, qu’ils les conduisent, qu’ils s’enivrent de vacances, car c’est à ce prix seulement que tu leur manqueras. Il faut tout avoir eu pour savoir de quoi l’homme est pauvre — et combien il l’est, de même qu’il faut être allé partout pour savoir jusqu’où Adam a chuté ! Creuse leurs reins en remplissant leurs ventres. Ouvre leurs cœurs en équarrissant leurs têtes.

11. À chaque instant, tu me maintiens, c’est grâce à toi si je suis debout. De mon âme tu es le réflexe achilléen. Tu m’attires. Tu me pardonnes. Tu as donné ta vie pour soulever la mienne. Es-tu jamais assez crucifié ?

12. Une ombre minuscule suffit, une minuscule pensée, le tout petit perron d’une toute petite boutique, un petit peu d’orgueil, ou un rien de faiblesse, même chez un saint, pour que tu meures à nouveau ; à nouveau te voilà supplicié. À chaque instant, tu meurs. De chaque faute, il faut te relever. Dans chaque instant, tu dois ressusciter.

13. Quand l’homme s’écarte de toi, c’est-à-dire à chaque instant, la lumière est davantage que la lumière. Le don de Dieu est plus divin, car Dieu est Dieu davantage quand l’homme veut être moins humain. L’être devient plus que lui-même pour nous sauver du moins que rien. Moins nous voulons être à toi, plus tu es. Plus nous nous éloignons, plus tu approcheras.

14. Tu nous traverses de part en part. Tu es feu. Ils t’appartiennent aussi ceux-là qui ont choisi de vivre loin de toi.

15. Dans leur laboratoire, ils paramètrent le néant. Ils invertissent les choses. Ils désagrègent les mots. Ils maquillent les tables de la loi. Ils déconstruisent la succession des analogies. Au nom de l’égalité ou d’un principe qu’ils disent “naturel”, ils justifient le règne du plus fort.

16. Il créent l’absence. Ils édifient le néant. Croyant briser des chaînes, ils scient les barreaux de l’Échelle. Ils s’enferment eux-mêmes dans la prison du discours.

17. Et bientôt les murs de cette prison s’abattent sur eux. Les mots sans choses leur tombent sur le coin des yeux et leur déforment le visage. Ils n’ont plus rien pour se défendre. Même plus de phrases ! Le langage est une maison hantée.

18. Seigneur, merci pour la justice. Père, merci pour ces choses qui sont. Et merci pour ces autres choses qui sont aussi, et le sont justement. Tout est bien. Gloire au Fils et au Saint Esprit.

About Guillaume Sire

Guillaume Sire
This entry was posted in Fragments. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s