Qu’est-ce qui est impossible dans la mort ?

Misère des loups quand le gibier dans la flaque a commencé à pourrir. Ils ressemblent à ces médecins interdits devant le cœur arrêté d’une amie d’enfance, sous le champ de ruines de ses entrailles bizarres. Le désir est celui de la pierre emportée du tombeau (puis inévitablement la gueule astronomique d’un ange : “Il est parti Celui que tu cherchais”). Ne pourrions-nous pas aimer vraiment, réellement, la mort ? Ne pourrions-nous pas l’aimer en vérité ? Qu’est ce qui me retient mon amour de sauter dans la tombe avec toi ? Peut-on aimer ce qui dans l’air, et dans la masse des choses, nous a préexisté ?

Posted in Notes | Leave a comment

Feu pâle

Au brouillard la fonction retardée du soleil, et dans l’air un goût de feu de bois et d’anciennes tempêtes, longues et misérables veillées.

Posted in Notes | Leave a comment

Le mot “amour”…

Le mot “amour” est dans la réalité un chien dans un jeu de quilles. Il voudrait tout toucher à la fois, et du coup il renverse, il renversera tout.

Posted in Plaisanteries | Leave a comment

Ma limite adorée

Carlingue chérie, mon corps, ma limite adorée, emporte moi, abîme toi, rouille, essaye! Plonge! Gratte! Surtout n’économise rien!

Posted in Fragments | Leave a comment

Forcer la description

Il faut forcer la description. Noé envoyait tous les jours une colombe loin de son arche. Il décrivait la mer. Elle décrivait des cercles dans le ciel. Ce vol c’était son encre, son âme sur le papier, dans les vagues sans fondations, à la recherche de la terre. Il faut forcer la description, épuiser le réel, car en-dessous, un jour… Il faut forcer la description, et que vienne, et qu’advienne la terre, réelle — ô impossible victoire ! — et qu’on puisse jeter l’ancre !

Posted in Notes | Leave a comment

Aude

L’Aude est sèche sous les chapelets de ronces. Elle est jaune, violette, immortelle dans son manteau de vignes rabougries. Elle est grecque. De sa gueule, au milieu des trous d’eau claire, dans ses pinsapos ardents, ses chêneverts, ses arbousiers roux, ses bosses de chameaux aux perles sur les flancs, fantômes cueilleurs de champignons, niches à bécasses, cités souterraines des sangliers écumants, de ses mamelons crépus jaillissent des gaillards solides et droits, en armures, moines soldats aux ailes de corbeaux, maçons mythologiques, mythologiques épouvantails !

Posted in Variations | Leave a comment

Sur le “Moi Absolu” de Fichte

Fichte a cru devenir immortel en inventant un système qui rendait son immortalité nécessaire. Ce stratagème grandguignolesque a fait non pas son immortalité mais son succès. Dans le domaine de la pensée, le succès récompense volontiers les échecs, sans doute parce que les hommes préfèrent glorifier l’échec d’un semblable plutôt que de couronner la réussite de celui-là qui, depuis qu’il a réussi, ne leur ressemble plus.

Posted in Pensées | Leave a comment